Nous avons tous succombé à la procrastination, du moins parfois. Nous le faisons lorsque nous retardons une tâche de plusieurs heures ou de plusieurs jours, même si nous savons qu’il serait préférable de le faire plus tôt. De nombreux étudiants procrastinent, tout comme de nombreux adultes, mais dans une moindre mesure, selon les recherches.

En fait, les humains ont tergiversé pendant des siècles. Et cela va bien au-delà de la paresse. Vous voulez savoir pourquoi la procrastination se produit ? Qu’est-ce qui la motive ? Comment elle nous affecte ? Continuez à lire! Nous vous dirons tout ce que vous devez savoir et comment vous débarrasser de cette habitude.

la procrastinación La procrastination
Photo de Pxfuel

Qu’est-ce que la procrastination ?

La procrastination est un acte de retard inutile. Il s’agit de reporter ou de différer des tâches, des devoirs et des responsabilités pour d’autres activités que nous trouvons plus gratifiantes.

Dans la plupart des cas, les personnes qui procrastinent savent qu’elles ne bénéficieront pas de ce retard ou de ce report, mais elles le font quand même. Cette habitude est comme un obstacle à la réalisation de tâches importantes et significatives. Au lieu de cela, elle conduit à “perdre du temps” sur des activités insignifiantes ou de peu de valeur.

Comment la procrastination nous affecte-t-elle ?

La procrastination peut devenir chronique et avoir de nombreuses conséquences, liées à la santé physique et mentale, à la capacité d’atteindre des objectifs académiques et professionnels, ainsi qu’au bien-être financier.

Les procrastinateurs chroniques ont un niveau de stress élevé et sont souvent confrontés à des problèmes de santé tels que la dépression, l’anxiété et les maladies cardiovasculaires.

Bien que les adultes soient conscients des conséquences négatives liées au report constant des tâches, ils continuent à le faire parce qu’ils l’utilisent comme un moyen de réguler l’humeur et la mentalité.

Types de procrastinateurs

Selon une recherche publiée dans la revue Integrative Psychological & Behavioral Science, la procrastination prend de nombreuses formes et a de multiples déterminants. Les raisons de la procrastination varient d’une personne à l’autre. Examinons les types de procrastinateurs en fonction des raisons qui les poussent.

– Perfectionniste : il est connu pour critiquer constamment son travail. Il a des normes très élevées et craint l’échec. Cela provoque un sentiment d’anxiété et de stress autour de la tâche, ce qui pousse la personne à la reporter.

– “J’ai le temps” : c’est la personne qui pense qu’elle a beaucoup de temps pour accomplir une tâche. Il a donc tendance à repousser l’échéance jusqu’à la dernière minute.

-Ennuyeux : cette personne trouve la tâche ennuyeuse. Ils préfèrent occuper leur temps avec des activités amusantes qui leur donnent une satisfaction immédiate.

  • Anxieux : Cette personne utilise la procrastination comme mécanisme pour faire face aux tâches qui provoquent de l’anxiété. En reportant la tâche, leur anxiété est momentanément soulagée. Mais, elle deviendra plus intense avec le temps, jusqu’à ce que la tâche soit terminée. Ensuite, le cycle se répète.

Il est important de noter que ces types de procrastinateurs ne sont pas classés scientifiquement, mais ils mettent en évidence les variétés et les motivations les plus souvent présentes dans le retardement de tâches importantes.

Comment prévenir la procrastination ?

La procrastination peut avoir des conséquences dans nos vies. La bonne nouvelle est qu’il est possible de surmonter la procrastination en prenant soin de soi et en se fixant des objectifs. Voici quelques recommandations pour cesser d’être des procrastinateurs.

Imaginez votre futur moi

Il est facile de planifier l’avenir, mais il peut être plus difficile d’atteindre des objectifs à court terme. C’est pourquoi la visualisation de ce à quoi vous voulez que votre futur “moi” ressemble peut vous aider à établir un plan réaliste.

Quels que soient vos objectifs à long terme. Gardez-les bien à l’esprit chaque jour pour vous responsabiliser. Que vous vouliez obtenir la promotion que vous attendez, être en meilleure santé, vivre dans un espace organisé. Pensez-y toujours et fixez-vous comme objectif à atteindre.

Imaginer votre futur “moi” aide également à mettre en évidence vos priorités, qui doivent être prises en compte lors de l’établissement de votre emploi du temps quotidien. Planifiez vos tâches quotidiennes et accomplissez-les sans faute.

Respecter les délais

Plus vous disposez de temps pour accomplir une tâche, plus vous pouvez la reporter. Les recherches montrent qu’avoir moins de temps vous rend en fait plus productif.

Pour éviter de remettre les choses à plus tard, il peut être utile de respecter des délais serrés.  Adaptation d’un calendrier aux tâches quotidiennes, de sorte que si elles ne sont pas accomplies, il y a des conséquences immédiates.

Lorsque vous ne respectez pas vos échéances personnelles quotidiennes, vous éprouvez des sentiments de culpabilité et d’échec. Ce n’est pas bon. Mais vous pouvez vous efforcer d’utiliser ces sentiments négatifs comme motivation pour faire les choses à temps. La positivité que vous ressentirez lorsque vous respecterez l’échéance est beaucoup plus gratifiante.

Prendre des pauses programmées

Les recherches montrent que nous retardons souvent le travail sur des tâches stressantes, difficiles ou ennuyeuses parce qu’une autre activité semble plus attrayante. Prendre une pause planifiée des tâches “désagréables” peut soulager le stress, améliorer l’humeur et aider à promouvoir la productivité.

L’essentiel est de respecter le calendrier. Intégrez des pauses dans votre emploi du temps quotidien et respectez-les. Prenez du temps pour vous sans vous sentir coupable.

Fixer des limites

Si vous passez trop de temps sur les réseaux sociaux, à surfer sur Internet ou à vous asseoir devant la télévision, essayez de vous fixer des limites.

Cela ne fonctionne que si vous restez responsable et si vous gardez une trace de vos activités. Mais, avec un peu de motivation, elle peut certainement vous aider à accomplir des tâches et à profiter pleinement de votre temps libre durement gagné.

Séparer le “je qui veux” du “je qui devrais”.

Pour les procrastinateurs, il y a une différence assez nette entre les deux. Le “je qui veux” aime surfer sur internet et regarder la télévision. Alors que le “je qui devrais” est constamment inquiet des tâches à accomplir.

Alors que le premier est souvent plus fort, le second est plus intelligent et peut être renforcé avec de la cohérence. Le simple fait d’être clair sur la différence entre les deux peut vous aider à réaliser quand vous tergiversez et à anticiper les conséquences émotionnelles qui vont bientôt suivre.

Soyez gentil avec vous-même

Nos émotions modifient la façon dont nous voyons une tâche, ce qui conduit souvent à la procrastination. Lorsqu’une tâche semble trop difficile, stressante ou ennuyeuse, nous laissons nos émotions nous dicter si nous allons l’accomplir ou non.

Les émotions négatives contribuent à la procrastination, ce qui conduit à des émotions plus négatives. Il s’agit d’un cercle vicieux qui peut affecter votre estime de soi et votre sentiment de valeur personnelle.

Aidez à soulager la culpabilité et la douleur qui suivent le report d’une tâche en faisant preuve de compassion et en vous pardonnant. Essayez d’accepter que certaines tâches soient source de stress. Cela vous fera accepter votre comportement, vous rendra moins enclin à remettre les choses à plus tard la prochaine fois, et constitue un pas dans la bonne direction.